La torture a été abolie en France il y a plus de deux siècles. Enfin c’est ce qu’on veut nous faire croire car il subsiste une forme de torture mentale bien réelle qui s’applique aux malheureux ayant l’idée de devenir propriétaire de leur maison.

Une fois que la décision est prise et que la future merveille est trouvée, les forces du temps se liguent contre vous et inventent mille stratagèmes pour que les heures, jours, semaines et mois ralentissent inexorablement, jusqu’à avancer comme un troupeau de limaces roses fluo (oui, ça existe et c’est plus flippant que kawaii).

Comme des gros niais, on pensait qu’il était possible de faire avancer les choses plus vite, on se motivait à coups de « Nan mais on va réduire les délais habituels, tout est prêt », « on est à notre compte, on peut être super réactifs pour les papiers, les devis », « le prêt est quasiment accepté, pour quelle sombre raison on attendrait 3 mois ? »…

Nous avons signé le compromis il y a 2 mois et demi, et la date de signature est enfin fixée… dans 2 semaines. Depuis qu’on s’est mis en quête de notre future maison jusqu’à la remise des clés, il se sera passé 5 mois interminables, 5 mois d’attente et de stress, de bonheur aussi de toucher à notre but.

Pour ceux que ça intéresse, on va détailler ce qu’il s’est passé durant ces 5 mois, ça pourra peut-être aider certains d’entre vous dans leur quête. Je place arbitrairement le jour J à la signature du compromis de vente.

De la recherche au compromis

J -55 : après des mois de recherche sur le bon coin, sans vraiment croire qu’on pourrait obtenir un prêt immo et acheter, je découvre une maison qui retient vraiment mon attention : pas trop chère, pas mal de travaux, pile dans la zone recherchée. Je la montre à Choupinutslivore qui me dit immédiatement banco je la veux je la veux je la veux ! C’est le point de départ de tout. On appelle aussitôt l’agent immobilier et on lui laisse un message, puis notre banque pour un rdv.

J -53 : rendez-vous à la banque, on a préparé tous les papiers, justificatifs, etc. Notre conseillère semble confiante, elle nous demande juste si on peut faire un apport un peu plus important pour que le dossier passe plus facilement. On accepte, même si ça fait vraiment juste pour nous.

J -47 : Après plusieurs messages, l’agent immobilier daigne nous rappeler, on fixe une date de visite.

J -43 : Visite de la maison, elle est vraiment en plus mauvais état que prévu. Elle nous plait énormément mais il faut augmenter le budget travaux.

J -41 : On fait une proposition d’achat très inférieure au prix annoncé, du fait des gros travaux à engager.

J -31 : Après une semaine et demi d’attente, on rappelle l’agent immobilier car on n’a aucune nouvelle, il nous indique que notre offre est refusée, sans contre-proposition. Nouvelle offre de notre part, plus proche du prix demandé. L’agent nous indique qu’il y a de toute façon peu de chances que le vendeur baisse son prix. Le souci est que la maison ne vaut pas du tout le prix demandé, ça fait plus de 3 semaines qu’on rêve d’avoir cette maison et rien n’avance. La banque traine et on n’a aucune réponse pour le prêt, l’agent immobilier est quasiment injoignable et le vendeur semble plus que buté…

J-20 : Notre conseillère nous appelle enfin, après plus d’un mois, pour nous dire que le prêt est refusé. Elle nous conseille d’insister et d’apporter d’autres pièces au dossier, entre autres des devis de travaux pour montrer qu’on pourra habiter cette maison rapidement. On lui fournit dans l’après-midi et elle nous promet de repartir vite à l’assaut de son responsable !

J -19 : Deuxième refus de la banque. Le responsable d’agence trouve toutes les raisons possibles pour refuser le prêt. Pour finir, notre conseillère lui demande ce qu’il faudrait qu’on fasse pour obtenir le prêt, il lui répond qu’il faut qu’on augmente notre apport (encore !). On en parle, on arrive à se débrouiller pour pouvoir augmenter l’apport.

J -15 : Accord oral de la banque ! Yeeees ! D’un autre côté, on n’a toujours aucune nouvelle de l’agent immobilier, on commence à faire le deuil de cette maison et à envisager de chercher ailleurs.

J -14 : Après un énième coup de fil à l’agent, on arrive à le joindre pour apprendre que notre deuxième offre est refusée. C’est complètement mort pour la maison dont on rêvait, mais l’accord du prêt nous a boosté et on est prêt à écumer toutes les agences du coin.

J -11 : On prend la journée pour faire le tour des agences immobilières, on voit de tout, pour tout dire surtout des agents blasés qui prennent à peine le temps d’écouter ce qu’on cherche et nous proposent n’importe quoi sous n’importe quel prétexte… En fin de matinée, on tombe enfin sur un agent réactif qui nous parle de deux maisons qui pourraient nous correspondre et nous propose de prendre sur la pause déjeuner pour les visiter. La première n’est pas mal du tout mais il n’y a quasiment pas d’extérieur, la deuxième nous emballe carrément, c’est exactement ce qu’on veut, et presque dans notre budget. Elle est en vente depuis 1 an, au départ à 160000€, descendue il y a 6 mois à 142000€, sans succès, ce qui explique aussi qu’on ne l’avait jamais repérée car c’est complètement hors budget pour nous. Les 3 vendeurs ont accepté la veille de la descendre à 119000€ à la demande de l’agence immobilière.

On ne réfléchit pas trop et on décide de faire une proposition à 110000€. En fin d’après-midi, l’agent a joint les 3 propriétaires, qui font une contre-proposition à 115000€. On est super contents et on accepte dans la foulée, va juste falloir faire passer la pilule à la banque car on change de maison et elle est un peu plus chère !

J -10 : On se rend à l’agence pour signer la proposition. Entre temps, j’ai vérifié le cadastre et remarqué une anomalie : la maison est mitoyenne d’un côté mais la séparation sur le cadastre n’est pas au bon endroit et empiète de 3 bons mètres sur toute la longueur de la maison et du jardin ! J’en parle à l’agent immobilier, qui saute au plafond. Depuis 1 an qu’elle est en vente (et cinquante ans que le cadastre est faussé), personne n’avait vu ça. Il faut donc faire appel à un géomètre pour tout remettre d’équerre. Il nous promet que ça sera fait rapidement et aux frais des vendeurs. On signe la proposition.

J -9 : La commission de la banque accepte le prêt pour… la première maison, celle qu’on n’aura jamais. On demande un rendez-vous dans la foulée pour modifier le dossier. On travaille avec notre conseillère quasiment tout l’après-midi et on arrive à boucler le budget en augmentant légèrement le prêt, ça devrait passer !

J -5 : On a les clés de la maison pour la journée. On en profite pour relever toutes les mesures et prendre un maximum de photos et de vidéos pour pouvoir bosser sur le projet. On fait établir des devis pour la plus grande partie des matériaux et on les fournit à la banque.

J -4 : Accord oral et officieux de la banque

J -3 : Notre demande de prêt est validée par la commission de notre banque. On va pouvoir travailler à l’édition de l’offre de prêt !

Du compromis à la vente

Jour J : Signature du compromis. On est très confiants pour que la vente se réalise rapidement (en gros moins de 2 mois dans notre petite tête) car :

  • On a déjà l’accord de la banque, il ne reste que la paperasse à faire pour éditer l’offre de prêt.
  • L’agent immobilier a bien bougé et le géomètre a déjà fait les relevés pour la modification du cadastre, il ne reste que le rapport à faire.
  • On a dit qu’on voulait que ça se fasse le plus vite possible, et tout le monde nous a affirmé que ça ne poserait pas de problème.

Bon, comme dit plus haut, on se trompait lourdement, et les bâtons qui allaient être mis dans les engrenages horlogers allaient s’avérer être des poutres !!

J +4 : réception du compromis signé par toutes les parties, et donc début du délai de rétractation. J’ai oublié de préciser qu’entre temps, on avait continué nos recherches pour voir si on ne trouvait pas mieux, et qu’après un bon paquet de maisons visitées, on est resté sur celle-ci, qu’on aime déjà d’amour !

J +7 : Rendez-vous à la banque pour finaliser les papiers du prêt, assurances, etc. Notre conseillère nous indique que l’offre de prêt devrait être éditer sous 10 jours « environ »

J +14 : Fin du délai de rétractation du compromis.

J +22 : On s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles de la banque et on apprend que notre conseillère est malade depuis 10 jours, sans visibilité sur son retour…

J +25 : Notre conseillère est toujours absente, la banque s’organise pour faire reprendre les dossiers par une conseillère n°2

J +28 : La conseillère n°2 reprend notre dossier, l’offre de prêt n’est pas éditée car il manque un papier… qu’on fournit aussitôt. Là commence la grande blague des RTT, ponts du mois de mai, vacances.

J +35 : Conseillère n°2 en vacances ! La conseillère n°3 nous indique que l’offre de prêt n’est pas éditée car… il manque un autre papier. Il faut qu’on refasse un devis en catastrophe, et qu’on remodifie le prêt de 200 euros (non ce n’est pas une blague !). On fait tout ça dans la journée et c’est reparti pour un tour.

J +41 : La conseillère n°2 revient. Toujours pas d’offre de prêt éditée car (vous ne devinerez jamais) il manque 1 papier. Rhaaaaaa ! On le fournit.

J +45 : La conseillère n°1 revient, et nous annonce qu’elle a fait un burnout et qu’elle change de service… Re-re-retour de la conseillère n°2. Vous noterez qu’il s’est passé 1 mois ½ pour… rien.

J +48 : Tiens, il manque un papier… Bah ok, on va le fournir avant de se suicider à coup de feuilles A4.

J +51 : Offre de prêt éditée ! Il faut encore qu’on la reçoive et qu’on attende pendant 11 jours, délai de rétractation oblige.

J +52 : On s’inquiète quand même du rapport du géomètre, qui n’est toujours pas fait malgré plusieurs relances. Il promet de le rédiger très rapidement.

J +55 : Réception de l’offre de prêt. Géomètre aux abonnés absents. Ils doivent se relayer pour retarder le truc, pas possible autrement.

J +66 : Offre de prêt signée, cette fois c’est certain, cette maison sera à nous ! Le géomètre a fait une partie du boulot, mais la dernière partie est toujours manquante, on commence à se fâcher.

J +71 : Après une pression intense de notre part, du notaire et de l’agence, le géomètre daigne enfin fournir son rapport, on envoie le dossier à tout le monde pour accélérer les choses.

J + 73 : On apprend que pour signer, il faut un retour de la Mairie pour purger le droit de préemption (délai 1 mois environ), et que la demande vient tout juste d’être faite par le notaire. Il n’a pas pu le faire avant car il manquait le rapport du géomètre. Nous sommes furieux, vraiment. On a pris des rendez-vous pour le raccordement au gaz, le délai de 3 mois du compromis aura expiré depuis 10 jours, et surtout on sera dehors sans toit car les clés de notre maison actuelle seront rendues.

J +74 : Après avoir bougé tout le monde pour que la vente se fasse rapidement et avant l’expiration du compromis, notre notaire trouve un arrangement avec la mairie pour que le délai soit réduit et on a enfin une date de signature, fixée à :

J +89 : Date de signature de la vente, soit 2 jours avant l’expiration du compromis.

Nos conseils pour bien acheter votre maison

En conclusion, pour un dossier qui semblait bien ficelé dès le compromis et dont toutes les planètes étaient alignées, avec une agence immobilière performante, des acheteurs réactifs, et des vendeurs tout aussi réactifs et arrangeants, on aura passé près de 3 mois à piaffer, s’agacer, et surtout, surtout, attendre et encore attendre que les choses soient confirmées et engagées. C’est moralement épuisant, et encore une fois, même si l’aventure ne fait que commencer pour nous, et qu’on se rend compte qu’on a beaucoup de chance de pouvoir réaliser notre projet, le délai aura été trèèès long.

Ce que nous pouvons vous conseiller si vous signez un compromis : n’attendez pas 2 semaines avant de relancer la banque, l’agence ou votre notaire. 9 fois sur 10, s’il ne se passe rien, c’est que rien n’a été fait, et les délais (de traitement, de rétractation, de rédaction) sont déjà assez longs pour pouvoir se permettre de perdre 1 ou 2 mois supplémentaires en cours de route.

Deuxième conseil (valable pour toute votre vie) : si on vous dit « Ne vous inquiétez pas », inquiétez-vous immédiatement.

Troisième conseil : prenez le temps de tout vérifier pendant le délai de rétractation du compromis. L’histoire du cadastre non vérifié aurait pu nous mettre dans une situation catastrophique tôt ou tard si on ne s’en était pas rendu compte (pour résumer, les propriétaires de la maison mitoyenne auraient été en droit de nous réclamer une bonne partie de notre maison dans le futur). L’agence et les vendeurs étaient de bonne foi, et tout s’est arrangé à notre niveau, mais gardez à l’esprit que c’est vous qui achèterez la maison et en subirez les conséquences si le dossier n’est pas cadré correctement.

N’hésitez-pas à partager vos aventures immobilières dans les commentaires !